L’environnement du campus favorise l’entrepreneuriat

chargement

TRANSFORMATION Le parc de l’innovation du Campus Energypolis, un parc dédié aux sociétés qui innovent dans les domaines des énergies renouvelables, de la chimie verte, de l’étude de l’environnement alpin et polaire.

  26.02.2021, 09:48
Partenaire

De la découverte en laboratoire à l’industrialisation à grande échelle d’une découverte innovante, de nombreuses années s’écoulent. Ce temps peut être raccourcit. C’est même l’objectif partagé par l’ensemble des acteurs impliqués dans le Campus Energypolis. Le développement d’un Parc de l’innovation, appuyé par le Switzerland Innovation Park Network West EPFL (SIP Network West EPFL) devrait y contribuer. Explications.

Une chaîne des valeurs complète

Sur le site de Sion, l’EPFL Valais Wallis et la Haute école d’Ingénierie (HEI) de la HES-SO Valais-Wallis jouent un rôle primordial dans les premières étapes de recherche, qu’elle soit fondamentale ou appliquée. Cependant, jusqu’à ce qu’une idée se transforme en produit vendu sur le marché, les obstacles restent importants. Les porteurs de projet doivent tester leur idée en laboratoire, lever des fonds, développer un prototype, établir une méthode de production reproductible (et rentable) en vue d’une industrialisation, établir un modèle d’affaire, mener des études de marchés et bien d’autres.

Le Canton du Valais a octroyé 28 millions de francs pour le développement d’un Parc de l’innovation à Sion. Ce parc permettra de compléter la chaîne de valeurs de l’innovation du Campus Energypolis. Non seulement il met à disposition des espaces (bureaux, laboratoires, salles blanches, etc.) mais offre un accès facilité aux compétences de l’écosystème du Campus. Intégré au Switzerland Innovation Park Network West EPFL (SIP Network West EPFL), le parc de l’innovation permettra aux start-ups issues du Campus d’accéder à des partenaires internationaux et favorisera l’implémentation d’entreprises innovantes en Valais.

Qu’est-ce que le SIP Network West EPFL?

La Suisse figure parmi les leaders mondiaux de l’innovation. Encore en 2020, elle dominait le classement mondial mis au point par l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle. Pour conserver cette position, la Confédération a donné pour Mission à la Fondation Switzerland Innovation (Fondation SI) de faciliter la promotion à l’international des découvertes effectuées. L’objectif ? Assurer la compétitivité des entreprises suisses et favoriser l’implantation de cellules d’innovation et d’unités de production de grands groupes sur le territoire national.

Le Parc suisse de l’innovation est constitué de cinq entitées à Bâle, Zürich, Bienne, en Argovie et en Suisse romande. La Conférence des directeurs de l’économie publique de Suisse occidentale a en effet choisi de développer son écosystème autour des antennes de l’EPFL: c’est ce qu’on appelle le SIP Network West EPFL. Chacun de ses cinq sites (Genève, Lausanne, Fribourg, Neuchâtel et Sion) est spécialisé dans des domaines en particulier. L’antenne valaisanne est dédiée aux énergies renouvelables, la chimie verte, l’environnement alpin et polaire. Le SIP Network West EPFL constitue un réseau promouvant à l’international chacun de ses parcs.

À quels types d’entreprises est destiné le Parc de l’innovation ?

Spin-off, start-up ou scale-up, les entreprises auxquelles est destiné le parc de l’innovation mérite quelques explications. Définitions.

Les start-ups sont des petites structures créées par des diplômés souhaitant se lancer dans l’aventure entrepreneuriale. À leur lancement, elles ont besoin de locaux pour faire leurs premiers pas hors de l’EPFL Valais Wallis et de la HEI. Elles bénéficient du soutien de la Fondation The Ark et de sa « pouponnière », qui leur apporte un encadrement bienvenu. 

Il arrive un moment où ces entreprises innovantes ont besoin de plus de place, sans être nécessairement assez autonomes et matures pour s’établir sur un emplacement définitif. On parle alors de scale-up. Les fonds que celles-ci lèvent sont en effet généralement destinés au développement d’un prototype industrialisable. Il est donc vital de leur mettre à disposition un espace où se développer...

Quant aux spin-offs, ce sont des sociétés issues des laboratoires de hautes écoles et d’universités, ou découlant de plus grandes entités. Ces entreprises ont souvent elles aussi besoin de locaux et de la proximité de chercheurs pour atteindre leur objectif. Natron Energy et H55, les deux premières entreprises à avoir été admises dans le Parc de l’innovation sédunois font partie de cette catégorie (voir ci-contre).

Le parc de l’innovation s’adresse également aux entreprises déjà actives sur le marché souhaitant bénéficier de l'expertise des partenaires, que ce soit pour optimiser une technologie, développer ou améliorer une application industrielle ou encore revoir son modèle d’affaire. Grâce au Campus Energypolis, start-up, scale-up, spin-off et entreprises peuvent bénéficier en tout temps des compétences de l’EPFL Valais Wallis, de la HEI ainsi que de la Fondation The Ark.

Natron Energy, des batteries qui peuvent changer la donne
Le bleu de Prusse. Ce pigment n’y semblait pas prédestiné, mais il pourrait représenter le futur des batteries utilisées dans les datacenters, les chariots élévateurs électriques et les (micro-)réseaux intelligents. C’est du moins ce que souhaite Natron Energy, une spin-off de l’Université de Stanford, en Californie. Son procédé innovant assure une durée de vie plus longue que les technologies actuelles, réduit considérablement les risques d’incendie ou d’explosion et respecte l’environnement, puisqu’il ne contient ni métal lourd, ni agent corrosif.Pour atteindre son but, l’entreprise de déjà cinquante employés s’installe en Valais pour profiter de la proximité de la Lonza a Viège, capable de produire du bleu de Prusse en grandes quantités. Et pour jouir des compétences des chercheurs de l’EPFL Valais Wallis et de la HEI afin d’optimiser sa technologie et de développer de nouvelles applications industrielles.

H55, quand les avions se mettent à l’électrique

Tout le monde ou presque a déjà entendu parler de Solar Impulse, l’avion solaire qui a fait le tour du monde en plusieurs étapes. H55 en est une spin-off et s’intéresse au développement de tout ce qui concerne la propulsion électrique dans le transport aérien. Autant dire que le potentiel est énorme dans un secteur qui est à l’origine d’un peu moins de 3% des émissions mondiales de CO2.

Dotées de plusieurs millions de francs provenant notamment de l’Union européenne, H55 a élu domicile sur le site de l’aéroport de Sion et est soutenu par l’Office fédéral de l’aviation civile suisse. En Valais, l’entreprise d’une trentaine d’employés assemble ses prototypes, les teste en vue d’obtenir la certification nécessaire pour qu’ils soient commercialisés et développer une production pilote pour son système de propulsion électrique. 


  Réagir à cet article
Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

QUIZLe quiz de la constructionLe quiz de la construction

CONSTRUCTIONL'art de bâtirL'art de bâtir

CONSTRUCTIONLes verbes de la mainLes verbes de la main

FêtesPâques : tout pour un week-end convivial et gourmandPâques : tout pour un week-end convivial et gourmand

CLIMATEtudier les pôles pour mieux appréhender les AlpesEtudier les pôles pour mieux appréhender les Alpes

Top