Course à pied: Sierre-Zinal, terre de rencontres

chargement

Réactions Le Français Boris Ghirardi, amputé depuis 2019, a rallié l’arrivée de Sierre-Zinal jeudi dernier. L’ancien président du Grand Conseil valaisan Edmond Perruchoud, qui participait de son côté à son dernier Sierre-Zinal ce jour-là, a partagé une partie de son aventure avec le Français.

 02.09.2021, 14:04
La deuxième tentative fut la bonne pour Boris Ghirardi.

«Le cœur avant le chrono.» L’esprit de la course Sierre-Zinal pouvait difficilement être mieux représenté jeudi dernier sur son mythique parcours de 31 kilomètres. «Le hasard a fait que je me suis inscrit pour ma dernière participation à cette épreuve à 75 ans pour le jeudi 26 août», raconte Edmond Perruchoud, ancien président du Grand Conseil valaisan. Qui, ce jour là, va faire une rencontre qui le marque.

A lire aussi: Sierre-Zinal: l’amputé Boris Ghirardi prêt à régner sur la doyenne des courses de montagne?

Edmond Perruchoud, 75 ans, juste avant de prendre le départ de son dernier Sierre-Zinal.  © Roger Epiney

Il retrouve en effet au départ, sur le parcours puis à l’arrivée, Boris Ghirardi, victime d’un accident en 2019. Amputé, le Français avait tenté une première fois Sierre-Zinal début août.

Arrêté par la pluie et les orages, il est revenu sur le parcours jeudi dernier. Une deuxième tentative teintée de succès. Tout comme Edmond Perruchoud qui a rallié l'arrivée. Le temps de l’ancien président? «Je l’estime au double de celui que Boris Ghirardi a fait avec une jambe amputée. Vraiment, c’est un exemple pour tous pour affronter l’adversité», confie le Valaisan. Le principal concerné, lui, ne pouvait cacher son immense joie d’avoir retrouvé Zinal. 

J’ai eu la chance d’être accueilli par le fondateur de la course. Sa gentillesse est à l’image de toute l’organisation.
Boris Ghirardi

«J’ai eu la chance d’être accueilli par le fondateur de la course», dit-il en référence à Jean-Claude Pont. «Sa gentillesse est à l’image de toute l’organisation, des bénévoles et du directeur», confie Boris Ghirardi. «J’étais là pour finir la course. Je devais la finir. La course est parfois une épreuve mentale tant la concentration est intense pour ne pas tomber. J’ai vu des paysages à couper le souffle, j’ai pu me remplir de ce sentiment intense de liberté», termine le Français. 



Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Sport Hebdo

Ne ratez plus rien de l'actu sportive!

Recevez chaque dimanche un résumé de l'actu sportive régionale, nationale et internationale !

Recevez chaque dimanche un résumé de l'actu sportive régionale, nationale et internationale !

À lire aussi...

En continuSport Express Valais – Hockey: des animations autour du derbySport Express Valais – Hockey: des animations autour du derby

CarrièreMMA: le Bagnard Yannick Krähenbühl à un succès d’une ligue professionnelleMMA: le Bagnard Yannick Krähenbühl à un succès d’une ligue professionnelle

projetsLe canton du Valais se dote d’outils pour relancer le sport et répondre aux questions des utilisateursLe canton du Valais se dote d’outils pour relancer le sport et répondre aux questions des utilisateurs

Futur8 étoiles valaisannes: Solan Oberholzer nage vers son rêve olympique8 étoiles valaisannes: Solan Oberholzer nage vers son rêve olympique

Deuxième journéeRallye du Valais: Sébastien Carron poursuit son sans-fauteRallye du Valais: Sébastien Carron poursuit son sans-faute

Top