01.11.2019, 19:00

La chronique de Bernard Challandes: "Pas d’omelette sans casser des oeufs."

chargement
Bernard Challandes, entraîneur de l'équipe nationale du Kosovo.

Parole d'experts Bernard Challandes, l'entraîneur du Kosovo, décortique l'actualité du football.

De Xhaka à Federer en passant par Schalk, Ibrahimovic ou encore Magnin, celui de Zurich, sans oublier cet entraîneur d’une petite équipe des Balkans, lors d’une conférence de presse qui a fait rire ou pleurer la planète foot, l’on comprend une fois de plus que le sport est générateur et vecteur d’émotions, de passions, de moments magiques, mais aussi de réactions épidermiques ou stupides, de paroles ou de gestes irréfléchis.

On attend d’un homme public connu et reconnu présent sur la scène politique, artistique et surtout sportive qu’il fasse preuve d’exemplarité. Son exposition médiatique l’exige, sachant que tout débordement, tout dérapage va être analysé, disséqué et commenté dans les médias. Surtout sur ce que l’on peut qualifier d’Agora moderne -lieu où l’on disserte entre citoyens- où selon le contenu, de dépotoir, de poubelle pleine d’agressivité, de médisance, de commentaires sentencieux et moralisateurs. Je veux parler, vous l’avez compris, des réseaux sociaux, tantôt merveilleux moyens de communiquer et d’échanger, tantôt émetteurs de tissus d’insanité.

Le sport est source de vie, de succès, d’échecs, d’exploits, de ratage. C’est ce qui en fait son charme, sa richesse, son attrait. Chacun le reconnaît: imaginez un stade de foot dont le public ne s’enflammerait jamais, froid, connaisseur peut-être, mais sans folie et sans excès! Imaginez un joueur qui marque un but et revient au centre du terrain comme s’il sortait de la boulangerie. Pensez à Federer qui gagne son Basel Indoor sans verser une larme. Impensable, triste et plat! Un met sans saveur, un tableau sans couleur.

 

Le sport est source de vie, de succès, d’échecs, d’exploits, de ratage. C’est ce qui en fait son charme, sa richesse, son attrait.

 

L’essence même des compétitions sportives, ce sont les émotions qu’elles provoquent. Mais là ou le bât blesse, c’est que l’on réclame la substantifique moëlle, la quintessence émotionnelle, l’extraordinaire, mais en mode politiquement correct en restant dans des normes polies et bien élevées sans dépasser les bornes.

Ainsi la voie du peuple s’insurge contre ce jet de brassard, ce doigt d’honneur au public, alors que ce peuple, lui a droit aux grossièretés vocales ou gestuelles. Intolérance totale pour une main qui met en évidence les parties intimes ou un coup de gueule libérateur à la fin d’un match même après une victoire. Ce cri du cœur public est légitime. Je ne peux que m’offusquer devant de tels comportements.

Mais ne soyons pas plus royalistes que le roi. Essayons parfois de comprendre et d’analyser les raisons de ces pétages de plomb. Prenons l’exemple de Xhaka: il lance son brassard de capitaine et répond bêtement au public. Insulté qu’il était depuis plusieurs semaines. Hué, menacé sur les réseaux, frustré par sa performance qu’il sait insuffisante et que ce qu’il vient de montrer est indigne de lui. Mettons nous à sa place. Il n’est qu’un homme avec ses forces et ses faiblesses. Et surtout ne venez pas me dire qu’avec le salaire qu’il encaisse, il se devait d’être irréprochable. Non, l’argent n’a rien à voir dans cette histoire. Son comportement a été totalement inapproprié, mais il n’y a pas mort d’homme.

Gardons-nous donc de porter des jugements définitifs. Il faudra qu’il assume, qu’il apprenne, qu’il s’excuse et oublie son égo. A lui de trouver la juste attitude. Quant à nous, spectateurs-censeurs, n’oublions pas que l’on ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre avec en prime la crémière. Nous ne pouvons exiger de nos sportifs qu’ils nous fassent rêver, qu’ils réalisent des performances «no limit» et qu’en même temps il n’y ait jamais de débordement.

Bien sûr nous aimerions n’avoir que le sourire et les larmes de Federer, sa maturité face au succès ou une défaite mortifiante, son intelligence émotionnelle. Mais lui, il est exceptionnel, hors norme, unique, donc pas un exemple.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Sport Hebdo

Ne ratez plus rien de l'actu sportive!

Recevez chaque dimanche un résumé de l'actu sportive régionale, nationale et internationale !

Recevez chaque dimanche un résumé de l'actu sportive régionale, nationale et internationale !

À lire aussi...

supriseFootball - Euro 2020: le petit Kosovo de Challandes veut se qualifier et rêve de battre l'AngleterreFootball - Euro 2020: le petit Kosovo de Challandes veut se qualifier et rêve de battre l'Angleterre

Parole d’experts«Servette-Sion ou merde au résultat»: la chronique de Bernard Challandes«Servette-Sion ou merde au résultat»: la chronique de Bernard Challandes

Top